Voie de la Toussaint à la Cougourde

Date: 
Dimanche, 17 Septembre, 2017 - 21:30

Un petit CR tardif de cette sortie.

Julien me propose dans la semaine la https://www.camptocamp.org/routes/140944/fr/cayres-de-la-cougourde-voie-de-la-toussaint à la Cougourde, pour le dimanche, et qui sera sans doute la dernière de la saison avec les températures qui commencent sensiblement à baisser.

Le rendez-vous est donc donné tôt dimanche, à 5h30 près du pont de la Manda sur la 202.

Nous sommes un peu avant 7h au Boréon et le thermomètre à 2°C nous confirme que c’en est presque fini de l’été. Après une bonne montée au milieu de couleurs presque automnales, à 8h40 nous sommes au pied de la voie que nous indiquent des chamois en plus du cairn.

Le temps est assez dégagé pour l’instant, mais il fait bien frais du coup et le vent s’est levé… un vent très froid. Julien est prévoyant et bien couvert, mais moi, même avec mes deux couches Merino et une soft shell, je me les gèle. J’en souffrirai tout le long.

Julien ouvre. Ce n’est pas facile. On a tous les deux l’onglé, et perso je ne sens plus beaucoup mes doigts de pieds non plus. Ça rajoute pas mal de difficulté, que surmonte très bien Julien malgré tout.

A R3 le vent est toujours là, mais le soleil tant désiré n’est plus si loin, et nous caressons l’espoir d’être bientôt réchauffé de ses rayons et de gagner quelques degrés. Julien œuvre toujours à l’ouverture et je suis impressionné de son aisance (P3 donc il n’y a quelques clous). Moi, trop diminué par le froid et par une grosse dette de sommeil, je suis en mode touriste et me contente de récupérer le matos en second.

L4, le soleil pointe le bout de ses rayons, et le vent tombe un peu. L’espoir en nous renaît. Espoir de courte durée, tué dans l’œuf par le vent glacé redoublant à partir de L5 et les sombres nuages nous privant du soleil. La grimpe n’est pas super agréable du coup, et même Julien n’a pas chaud.

A la fin de L7 du coup, vu ce vent tenace, la météo se dégradant, et mon état un peu misérable, Julien décide avec lucidité de shunter le crux de la voie et de sortir à gauche par la directissime.

Les difficultés s’amenuisent et on peut bientôt faire de la corde tendue. Le rythme augmente de nouveau et on se réchauffe aussi du même coup ! :)

On rejoint le sommet vers 14h30, et seulement là le vent tombe un peu :P

Redescente à pieds, sans les rappels, ça gagne du temps : on est au socle 3/4 d’heure plus tard, et à la voiture vers 17h30. Finalement on a pas trop traîné, grâce à Julien qui m’a impressionné (même niveau en TA qu’en couenne !) en ouvrant la voie en intégrale.

De mon côté j’ai compris que j’étais pour l’instant plus escalade en grande voie sportive que TA, surtout au-delà de P2, et j’ai retenu cette leçon de regarder aussi le vent dans les prévisions météo !

Une bien belle voie sinon, sur le superbe rocher de la Cougourde et dans un magnifique environnement :)

 

Photos : euh, Julien ?

 

A la Cougourde, pour le GMA 500,

 

Nico